download left menu close down
Retour

L’Europe, enfin sur la voie de la vraie puissance financière ?

L'Oeil de Montpensier

Le

L’Europe, enfin sur la voie de la vraie puissance financière ?

girls

 

L’initiative franco-allemande place l’Europe à un carrefour. Ce moment Hamiltonien rassurent les marchés internationaux. L’euro remonte face au dollar. Il faut maintenant transformer l’essai, car les mesures de confinement ont gravement frappé l’économie européenne.

L’Allemagne en est un exemple marquant, notre indicateur MMS Montpensier de Momentum Économique pour l’Allemagne, désormais à 8, est au plus bas depuis 2008.

Face à cette épreuve, les gouvernements européens, l’Allemagne la première, ont ouvert les vannes budgétaires, laissant la voie à des déficits publics probablement proches de 10% du PIB cette année. La BCE est à la rescousse, comme toujours. Elle s’est engagée le 18 mars dernier à racheter 750 milliards d’euros de dettes « pandémie » dans le cadre de son programme PEPP. 

La Cour Constitutionnelle de Karlsruhe a jeté un froid sur ce bel ordonnancement le 5 mai en intimant l’ordre à la BCE de justifier le caractère « proportionnel » de sa politique monétaire auprès de la Bundesbank. Certes, le nouveau PEPP n’est pas concerné, et les risques réels nous paraissent très limités. Mais le message est clair : la BCE ne pourra pas éternellement cacher les lacunes de l’Union Européenne.

Le momentum de croissance économique de l’Allemagne a touché son plus bas depuis 2008  

graphe oeil

Sources : Montpensier Finance / Bloomberg au 2 juin 2020

Au pied du mur, l’Europe a réagi. Le 18 mai, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont annoncé leur volonté de mettre en place un programme d’endettement mutualisé de 500 milliards d’euros au niveau européen afin de répondre à l’urgence économique dans les pays les plus touchés. Le 27 mai, la présidente de la Commission Européenne, Ursula Von der Leyen, confirmait ce plan en lui ajoutant de nouveaux mécanismes d’intervention, pour le porter à plus de 750 milliards d’euros.

Ce dispositif doit évidemment encore être validé par le prochain sommet européen des 18 et 19 juin. Compte tenu de l’opposition des « Quatre Frugaux » - Pays Bas, Suède, Autriche et Danemark – ce n’est pas encore gagné et il ne faut pas crier victoire trop vite car l’histoire européenne est riche de rendez-vous manqués.

Le rendez-vous manqué le plus marquant avait été celui de la Communauté Européenne de Défense. Proposé initialement par Jean Monnet en 1950, le projet, pourtant largement soutenu en France comme en Allemagne, fini par être rejeté par le Parlement français à l’automne 1954, Pierre Mendès France ayant refuser d’engager la responsabilité du gouvernement sur ce texte. L’Europe puissance militaire avait disparu avant d’avoir vécu.

Quid désormais de l’Europe puissance financière ? L’opportunité est tout aussi historique : pour la première fois de son histoire, l’Union emprunterait en propre des montants considérables – ses précédentes émissions étaient liées à des programmes budgétaires très limités – dont elle aurait la pleine disposition, et se verrait en contrepartie dotée de nouvelles ressources fiscales, comme une taxe carbone à prélever aux frontières de l’Union.

Le plan Merkel Macron serait ainsi le premier pas pour transformer L’Union Européenne d’un assemblage de nations versant avec parcimonie à un « pot commun » dont ils restent les garants en dernier ressort, en puissance financière intégrée.

Certains comparent ce moment européen à l’accord entre Alexander Hamilton et Thomas Jefferson, aux lendemains de la guerre d’indépendance des États-Unis, conduisant la jeune république américaine à lever de la dette fédérale pour payer les dépenses engagées par les Etats lors de la guerre contre l’Angleterre et ouvrant la voie à l’Amérique financière.

Beaucoup reste évidemment à faire pour l’Europe mais l’enjeu est là, et une avancée décisive les 18 et 19 juin prochain pourrait changer le regard du reste du monde sur le Vieux Continent, sa monnaie unique… et ses marchés financiers. Dans ces conditions, le pivot de l’Eurostoxx 50 remonterait de 2900 à 3200.

 

Par Wilfrid Galand, Directeur Stratégiste

Contact