download left menu close down
Retour

"Rentrée 2017 : changement de paramètres" par Guillaume Dard, Président de Montpensier Finance

L'Oeil de Montpensier

Le

Ces dernières semaines ont été particulièrement ardues à décrypter pour les investisseurs. Aux USA, l’abandon de la réforme d’Obamacare compromet l’ensemble des « Trumponomics » : la baisse de la fiscalité locale et la mise en place de dépenses massives d’infrastructures semblent remises en cause.

La discussion sur le plafond de la dette et le leadership de Donald Trump de plus en plus contesté ont mis la pression sur le dollar contre toutes devises. Il faut ajouter qu’une série de bonnes statistiques européennes et les discours incolores de Janet Yellen et Mario Draghi contribuent également au renforcement de l’euro. 

 

Nous entrons ainsi selon nous dans une phase moins favorable aux valeurs exportatrices européennes et dans l’ensemble aux Business Models de croissance déjà bien valorisés. Plus que jamais il faudra donc se montrer mobiles dans nos allocations. Nous continuons toutefois à considérer que les valeurs européennes restent en relatif peu chères et que de nombreux éléments militent pour un investissement en actions européennes : l’élection d’Emmanuel Macron en mai a rassuré quant à la pérennité du projet européen, le climat des affaires en Europe est au plus haut sur 10 ans et la BCE acte par ses propos le retour de la croissance en Europe. Ce contexte d’éclaircie macro-économique a, du reste, été favorable aux valeurs de nos portefeuilles qui ont pour l’essentiel publié des chiffres de bonne facture pour le premier semestre.

 

Le parcours de fin d’année n’est pas sans obstacles : les performances des pays asiatiques ont été remarquables en 2017 mais la surchauffe chinoise peut reprendre la une de l’actualité, la Tech US marque des signes d’essoufflement et la sortie de QE des deux côtés de l’Atlantique reste un exercice délicat et sans précédent.

En ce sens, des tensions obligataires devront être anticipées même si elles semblent rester au stade de « désert des Tartares » de l’allocataire en 2017. Enfin, il ne faut pas négliger le risque géopolitique et ses conséquences : qu’il s’agisse de la Corée du Nord, du Moyen-Orient, ou même de cyber-attaques… des  « cygnes noirs » potentiels sont partout !

 

 

 

Contactez nous