download left menu close down
Retour

Ce qu'il faut faire sur les marchés selon Guillaume Dard, Président de Montpensier Finance...

News & Presse

Le

Ce qu'il faut faire sur les marchés selon Guillaume Dard, Président de Montpensier Finance... 

Montpensier Finance est une société de gestion indépendante française, développée depuis 2004 par une équipe reconnue, présidée par Guillaume Dard.

GD

 

H24 : Vous avez renforcé les talents au sein de Montpensier Finance au cours de ces derniers mois, pouvez-vous faire le point ?

Guillaume Dard : La performance naît de l’alliance du talent et de la méthode : c’est la conviction de Montpensier Finance, fondée sur une longue expérience de l’investissement, une culture résolument entrepreneuriale et un engagement responsable.

Notre priorité est de consacrer toute notre expertise et toutes nos ressources à nos clients pour réaliser la meilleure performance et leur offrir le meilleur service. Notre ADN est résolument « Investor driven ». 

A cet effet, de nombreux talents ont rejoint Montpensier Finance dans la période récente : Lorenzo Gazzoletti à la Direction Générale (précédemment Directeur Général Délégué d’Oddo BHF Asset Management sas), Wilfrid Galand comme Directeur Stratégiste (précédemment Responsable de la Stratégie de Marchés de la Banque Neuflize OBC), Olivier Fellous à la Gestion Actions (précédemment Directeur Général de Klésia Finances), Gilles Constantini à la Gestion Actions (précédemment gérant à la Financière de l’Echiquier), Raphaël Pariente à la Gestion Obligations Convertibles (précédemment chez CACIB), Ariane Fohanno à la Gestion Diversifiée (précédemment chez Bryant Sitbel Fund), Delphine Blanche à la Gestion Diversifiée (précédemment chez BPE), Nicolas Kieffer à la Gestion Diversifiée (précédemment chez Oddo BHF) et Clément Alberto comme Analyste ISR (précédemment Analyste ISR chez Carmignac).

H24 : Vous venez de faire votre Conférence de Printemps, quel est votre scénario économique ?

Guillaume Dard : La Conférence de Printemps intitulée, « Sur la ligne de Crête » a réuni 150 grands investisseurs auxquels les équipes de Montpensier ont présenté leurs scenarii économiques et de marché ainsi que leurs analyses sur les thèmes et Business Models européens attractifs.

Le contexte économique est résilient mais asynchrone. La Chine, premier contributeur à la croissance mondiale, connait un regain de Momentum économique  même si les tensions commerciales et l’endettement de ses entreprises empêche l’accélération de son rythme d’activité. Les Etats-Unis ralentissent, toujours emmenés par le moteur de la consommation mais bridés par le déficit fiscal grandissant, les tensions politiques à l’orée de la campagne pour les présidentielles de 2020, et un optimisme devenu plus mesuré de la part des entreprises.

A la veille des élections européennes, Le Vieux Continent reste à la croisée des chemins,  tant économiques que politiques : en attendant que la demande interne se redresse – peut-être grâce à l’Allemagne – l’Europe compte sur la ré-accélération du commerce mondial pour retrouver une croissance plus dynamique.

En résumé, la croissance mondiale présente des signes encourageants… si les foucades de Donald Trump les laissent se développer ! 

H24 : Selon vous, que faut-il faire sur les marchés ?

Guillaume Dard : La montée généralisée de l’endettement mondial nécessite toujours un soutien vigilant des banques centrales, qui restent à la manœuvre. Le « Powell put » demeure d’actualité, alors que la voix claironnante du Président américain crée d’éphémères « Trump puts » sur le marché… pour mieux les renverser peu de temps après

Nous surveillons les tensions dans le Golfe persique – au regard notamment de leur impact potentiel sur le pétrole - ainsi que dans les discussions sino-américaines Pour l’instant, malgré des accès de fièvre, ces tensions semblent maitrisées.

Les actions américaines nous semblent, comme souvent, un peu chères, à l’inverse des actions européennes qui intègrent déjà de nombreux risques dans leurs prix et ont notre préférence. En cas de correction de marché, les 3200 points sur l’Eurostoxx50 nous paraissent un seuil d’intervention intéressant. Nous ne sommes pas passionnés par les actions japonaises mais les Jeux Olympiques qui viennent en 2020 et l’élan de la nouvelle ère « Reiwa » pourraient en faire le joker de l’automne.

Sur le compartiment obligataire nous gardons des obligations d’Etat afin d’équilibrer les portefeuilles en cas de scénario négatif, nous sous-pondérons le crédit et préférons les obligations convertibles qui permettent d’optimiser le rendement et d’ajuster la volatilité des portefeuilles.

H24 : Quelles thématiques privilégiez-vous en ce moment ?

Guillaume Dard : Quadrator notre fonds valeurs moyennes européennes, privilégie actuellement quatre thématiques ayant un impact positif pour le XXIème siècle : Lifestyle, Better Life, Smart Energy et Digital Impact. Marion Casal et Olivier de Royère, co-gérants du fonds, apprécient par exemple Puma, qui dispose d’importants relais de croissance, Technogym, la success story du fitness italien, ou encore Cancom, acteur « cloud » en forte croissance.

Le fonds Best Business Models, investi dans les grandes valeurs de la zone euro, recherche les sociétés capables de générer de la croissance bénéficiaire à tous les stades de leur cycle de développement. A ce titre, Gilles Constantini et Olivier Fellous, co-gérants du fonds, ont sélectionné SAP, qui profite de l’accélération de la digitalisation des entreprises, ou encore Kerry, qui bénéficie des tendances sociétales vers une alimentation plus saine.

Bruno Raguet et Olivier de Royère, co-gérants du fonds Great European Models,s’intéressent aux sociétés dont le positionnement concurrentiel autorise une rentabilité élevée, même dans des conditions économiques volatiles. C’est le cas d’Aena, numéro un mondial de la gestion d’aéroports, ou encore de ASML, leader mondial des équipements de lithographie pour semi-conducteurs.

Contact