download left menu close down
Retour

Un confinement annuel ne suffira pas à sauver la planète

News & Presse

Le

Un confinement annuel ne suffira pas à sauver la planète

En 2020, l’impact du confinement devrait à peine permettre d’atteindre l’objectif annuel de réduction des émissions mondiales. Renouveler le confinement provoquerait un effondre-ment économique international. Une vraie solution passera par les innovations et les initiatives des entreprises.

Cet été, un nouveau record de température (54.4°C) a été enregistré dans la Vallée de la mort aux Etats-Unis, illustrant à nouveau le besoin urgent d’agir contre ce réchauffement climatique. Le désir de lutter contre le réchauffement se caractérise désormais par une prise de conscience collective des citoyens, des entreprises et des Etats. Nous sommes convaincus que la solution viendra de la réglementation mais aussi des progrès des entreprises. Les acteurs générant un impact réel et positif sur la transition climatique bénéficieront de flux d’investissements supérieurs à la moyenne du marché. 

Les experts du GIEC ont démontré que l’augmentation de la teneur en carbone dans l’atmosphère était positivement corrélée avec l’augmentation de la température.

Le carbone dans l’atmosphère retient une partie de l’énergie renvoyée par la terre (effet de serre). Or,depuis la révolution industrielle, et l’essor des énergies fossiles, les émissions de gaz à effet de serre (GES)  ont drastiquement augmenté, perturbant l’équilibre naturel du carbone atmosphérique.

Concentration du carbone atmosphérique & élévation de la température terrestre

carbone

 

Pour illustrer, considérons l’atmosphère comme une gigantesque baignoire. Depuis la révolution industrielle, les activités humaines ont significative-ment rempli cette baignoire, entrainant une augmentation de la température moyenne sur la planète d’environ +1°C.

La neutralité carbone, une histoire de baignoire

 

n

 

Selon les experts, la Terre se situerait sur la trajectoire d’un réchauffement de +5-7°C à horizon 2100. Or, la situation devient irréversible au-delà d’un réchauffement de +2°C : la baignoire déborde, avec son lot de phénomènes climatiques extrêmes.

Pour stopper le niveau d’eau dans la baignoire à une limite de réchauffement de +2°C, il est nécessaire d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, à savoir « équilibrer le robinet et le siphon », particulièrement en agissant sur le robinet pour réduire drastiquement les émissions de 5% par an. C’est pour cela qu’un Global Green Deal est nécessaire.

Chez Montpensier, nous croyons en l’innovation des entreprises. Par exemple, en Allemagne, les électrolyseurs de Nel, spécialiste de l’hydrogène vert,  permettent de stocker le surplus énergétique des éoliennes qui peuvent parfois tourner à vide. Le stockage et la distribution de cette génération excédentaire bénéficient alors à des entreprises qui opèrent localement, à l’image d’Alstom et de ses trains à hydrogène qui assurent une mobilité 100% verte.

Les investisseurs ont un rôle déterminant à jouer pour sauver la planète.

 

Contact