download left menu close down
Retour

Trois questions à Bastien Rapoport et Julien Coulouarn, gérants de M Convertibles chez Montpensier Finance pour Gestion de Fortune

Vidéos & Podcasts

Le

  • Quelles sont les opportunités et les risques sur le marché des convertibles ?

Aujourd’hui, investir en obligations convertibles, c’est accéder à un potentiel action, avec une volatilité moindre. Sur les longues et moyennes périodes récentes (20 ans, 10 ans), les obligations convertibles européennes ont enregistré des performances proches de celles des indices actions, avec une volatilité en moyenne 3 fois inférieure. Par rapport à un fonds patrimonial ou à une allocation diversifiée de type « équilibrée », les performances des obligations convertibles ont également été similaires avec une volatilité moindre.

Eu égard à leurs caractéristiques actuelles et historiques, nous estimons que les Obligations Convertibles sont une classe d’actifs à part entière. Elles doivent donc être inclues à long terme dans une allocation globale. Un fonds Obligations Convertibles constitue selon nous une complémentarité à un fonds patrimonial.

Les risques principaux sont ceux inhérents aux marchés financiers d’une manière générale : actions, taux, crédit, volatilité, liquidité.

 

  • Ce marché est-il concerné par le risque d’une remontée des taux d’intérêt ?

Tous les marchés peuvent être concernés par la remontée des taux d’intérêt. La rapide baisse des marchés actions observée fin janvier – début février, en partie occasionnée par la crainte du retour d’une inflation non maitrisée et donc de remontée des taux, constitue un rappel que les remontées de taux d’intérêt violentes ont un impact sur toutes les classes d’actifs.

A ce titre, les obligations convertibles, exposées aux actions et au taux d’intérêt ne sont pas immunes. Rappelons néanmoins que relativement aux classes d’actifs obligataires classiques longues, la maturité moyenne des convertibles est plus courte (3,8 ans pour l’indice ECI Euro) (*), et la sensibilité taux plus faible (Rho indice ECI euro : 2,5%) (*).

Enfin, notons qu’historiquement, les périodes de remontée de taux sont la conséquence d’anticipations haussières de la croissance et de l’inflation. Ces périodes, bien qu’empreintes d’une forte volatilité et d’amplitudes baissières (maxdrawdowns) élevées, finissent généralement en moyenne par être profitables aux actions. Grâce à leur sensibilité action, les obligations convertibles mixtes peuvent ainsi profiter le cas échéant de la hausse des marchés actions.

 

  • Pourquoi les investisseurs ne s’intéressent-ils pas davantage à cette classe d’actifs ?

Certains investisseurs s’y intéressent peu car la classe d’actifs leur parait compliquée. En réalité, elle est surtout technique.

Mais de nombreux investisseurs, notamment institutionnels, y sont structurellement investis. Ces allocataires confient l’investissement sur cette classe d’actif à un gérant de fonds, qui analysera les prospectus, clauses et caractéristiques de chaque investissement. L’allocataire pourra piloter les caractéristiques de son investissement en suivant 3 paramètres principaux simples : la sensibilité action (elle évolue souvent dans une fourchette 30-50%), la duration moyenne du fonds (souvent autour de 3-4 ans), le risque de crédit (souvent un mix entre Investment Grade et High Yield). Les plus fins examineront aussi le vega (sensibilité à la volatilité implicite) du fonds (souvent autour de 0,40-0,50).

(*) données Exane/Montpensier au 08/02/2018

A lire aussi...

Contact