download left menu close down
Retour

"Il faut se concentrer sur l'Europe et le placement" par Guillaume Dard, Président de Montpensier Finance pour Le Point

Presse

Le

Guillaume Dard : "Il faut se concentrer sur l'Europe et le Japon "

Le Point : Le résultat des élections allemandes met-II en danger la relance de l'intégration européenne?

Guillaume Dard : Il la fragilise. Les contraintes intérieures peuvent durcir les conditions exigées par l'Allemagne pour participer à la relance. Par ailleurs, les difficultés d'Angela Merkel à réaliser une coalition entre des partis aux aspirations divergentes peuvent freiner la hausse de l'euro, ce qui serait une bonne chose pour les marchés.

Le Point : Pourquoi la hausse des actions est-elle si timide alors que les Indicateurs économiques sont tous favorables?

Guillaume Dard : Justement à cause de l'euro. L'environnement n'a jamais été aussi positif: la croissance accélère partout, elle est de surcroît synchrone. Tous les pays en profitent, à l'exception du Royaume-Uni et de l'Inde. Mais l'appréciation de 10% de l'euro face au dollar, qui peut s'interpréter comme le signe de la bonne santé de l'économie européenne, peut, si elle se confirme, nous coûter 8 à g points de croissance bénéficiaire des entreprises.

Le Point : La hausse de l'euro peut-elle durer?

Guillaume Dard : Trois facteurs expliquent la hausse de l'euro: l'incapacité de Donald Trump à mener à bien sa réforme fiscale, l'aggravation du déficit de la balance commerciale américaine et la dégradation de la confiance des ménages et des entreprises outre-Atlantique. L'euro est de plus en plus perçu comme une monnaie refuge. Certains voient ainsi l'euro à 1,35 dollar. Ce sont les mêmes qui prédisaient au début de l'année le retour à la parité. je n'y crois pas. L'approche des élections de mi-mandat aux Etats-Unis devrait inciter les républicains à voter au moins en partie la baisse de la fiscalité pour les entreprises et les ménages. Le dollar s'appréciera immédiatement. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé au lendemain des résultats en Allemagne.

Le Point : La Fed a annoncé la fin, le mois prochain, de sa politique monétaire expansionniste. Les marchés ont-lis complètement mesuré la portée de cette décision?

Guillaume Dard : Janet Yellen a tellement prévenu les marchés que son annonce est passée comme un non-événement. Ce qui ne veut pas dire qu'elle n'aura pas d'impact. Tant que l'inflation restera faible, la réduction de son bilan n'aura que peu d'effets sur les taux. C'est surtout en 2019 que l'impact sera sensible et pèsera négativement sur le marché des obligations. 

Le Point : La BCE pourra-t-elle taire comme si de rien n'était et poursuivre sa politique d'injection de liquidités encore longtemps?

Guillaume Dard : Mario Draghi va poursuivre l'allègement de son programme de rachat de titres en 2018. La hausse de l'euro en retarde la fin. C'est une bonne nouvelle pour les marchés.

Le Point : Comment voyez-vous les marchés évoluer?

Guillaume Dard : Compte tenu des bonnes nouvelles macro-économiques, 2018 s'annonce bien. Avec toutefois deux inconnues: est-ce que l'économie chinoise tiendra et que va faire Wall Street ? Une fois réélu en octobre, le président chinois peut être tenté de dégonfler . sa dette et resserrer sa politique monétaire, ce qui freinera la croissance. La Bourse de New York a-t-elle encore des marges de progression, notamment sur ces valeurs Internet ? Facebook a dépassé la capitalisation de l'Espagne. Une correction ne serait pas anormale.

Le Point : Que faire dans ce contexte?

Guillaume Dard : Etre vigilant et se concentrer sur les valeurs européennes et japonaises, notamment sur les techno-logiques, qui sont en retard par rapport à leurs consoeurs américaines.

Le Point : Tous les gérants recommandent l'investissement sur les petites et moyennes capitalisations. N'y a-t-il pas un risque de bulle sur cette classe d'actifs?

Guillaume Dard : Les PME ont des atouts. Elles profitent à plein de la croissance, elles sont moins sensibles aux risques internationaux. Elles sont un peu chères, mais pas tant que cela. Le choix est large. Il faudra profiter des cor-rections pour y revenir en préférant les moyennes valeurs.

Le Point : Le projet de loi de finances vise à encourager les placements à risque au détriment de l'immobilier. Est-ce suffisant pour faire revenir les Français à la Bourse?

Guillaume Dard : Les Français reviennent à la Bourse quand il y a eu deux années consécutives de hausse ou des avantages fiscaux. 2018 pourra être une année de rééquilibrage après des investissements massifs sur les contrats en euros et sur l'immobilier.

Le Point : Et l'or?

Guillaume Dard : Il faut en avoir, compte tenu du contexte géopolitique, principalement sous forme de trackers.

Propos recueillis par Laurence Allard
 


 

Contactez nous