download left menu close down
Retour

"L'intérêt des obligations convertibles dans le contexte actuel" Bastien Rapoport et Julien Coulouarn, gérants du fonds M Convertibles, répondent aux questions d'H24

Presse

Le

Dans un environnement où les obligations classiques sont peu attractives à cause des taux faibles et où beaucoup d'investisseurs craignent la volatilité des actions, les obligations convertibles peuvent représenter une solution intéressante expliquent Bastien Rapoport et Julien Coulouarn (Montpensier Finance).

mcv

H24 : Beaucoup d’investisseurs connaissent mal les obligations convertibles. Pouvez-vous nous rappeler de quoi il s’agit, ainsi que leur intérêt par rapport aux obligations « normales » ?


Bastien Rapoport, Julien Coulouarn : Une obligation convertible (OC) est un titre de créance, en général émis par une entreprise, qui a la particularité d’offrir au détenteur la possibilité d’opter pour un remboursement en action si cela est à son avantage.

Il s’agit donc d’un outil particulièrement attractif pour un investisseur puisqu’elle lui permet de participer à la hausse des actions tout en bénéficiant d’une protection obligataire classique.

L’option étant dans les mains de l’investisseur, nous pouvons considérer qu’une obligation convertible est l’outil adapté pour l’investisseur qui souhaite s’exposer aux marchés actions tout en réduisant le risque en cas de retournement des marchés ou de forte volatilité. Dans un environnement où les taux de rendement des obligations traditionnelles sont excessivement bas, l’obligation convertible apparait attrayante !

H24 : Puisque ces actifs se trouvent à mi-chemin des obligations et des actions, un fonds d’obligations convertibles comme M Convertibles peut-il être considéré comme un fonds patrimonial ?

Bastien Rapoport, Julien Coulouarn : Nous dirions plutôt que les obligations convertibles doivent être appréhendées comme une classe d’actifs à part entière qui cumule les avantages actions et obligataires en y ajoutant des caractéristiques techniques propres. C’est pour certains « le meilleur des deux mondes » !

Sur longue et moyenne période, les obligations convertibles permettent de capter une rentabilité proche de celle des actions tout en ayant la volatilité d’un fonds « équilibré ». Par exemple, depuis janvier 1996 l’indice Exane Eurozone Convertible Bond affiche une performance annualisée de 6.2 % contre 6.4 % pour l’Eurostoxx 50 DNR avec une volatilité annualisée de 8.3% contre 23.5 % pour celle de l’indice actions au 30 décembre 2016.

H24 : On peut lire sur votre site que votre méthodologie au sein du fonds est fondée sur deux axes : la pureté et la convexité. Qu’est-ce que cela signifie en termes simples ?

Il s’agit en effet de l’ADN du fonds M Convertibles.

  • La Pureté signifie que nous investissons uniquement dans de vraies obligations convertibles ou échangeables pour bénéficier au maximum des caractéristiques de la classe d’actif. La SICAV n’achète ni synthétiques, ni obligations classiques, ni actions et n’utilise pas de dérivés. L’option intégrée d’une obligation convertible est unique ! Aucune option de marché ne la réplique ni n’inclut ses clauses spécifiques (protection en cas d’OPA, protection en cas de versement de dividende, put porteur,…).
  • La Convexité est la caractéristique la plus importante d’une obligation convertible : plus l’action sous-jacente progresse plus l’OC profite de la hausse de l’action, plus l’action sous-jacente baisse plus l’OC se comporte comme une obligation. Nous investissons donc au maximum sur des OC mixtes (avec une sensibilité action entre 0.3 et 0.7) qui illustrent cette convexité : cela permet à M Convertibles de réduire les risques taux, crédit et actions grâce à des prises de profit régulières quand l’action sous-jacente a progressé.

H24 : Beaucoup d’économistes et gérants estiment que les marchés obligataires devraient encore souffrir de la hausse des taux longs en 2017 alors que les marchés actions devraient bénéficier du retour de la croissance. Cela est-il plutôt positif, négatif ou neutre pour les obligations convertibles ?

La maturité moyenne des OC européennes est légèrement supérieure à 3 ans. Cela se traduit par une sensibilité obligataire plus faible que celle des obligations traditionnelles.

Certes, certains secteurs présents dans l’univers des convertibles comme l’immobilier, les télécoms ou les utilities seront impactés par une hausse des taux mais le gisement des émissions convertibles européennes s’est considérablement renouvelé et diversifié ces dernières années. De plus, il présente un mix-grandes/moyennes capitalisations qui offre de nombreuses opportunités. Les convertibles sont donc un bon vecteur d’investissement pour profiter d’un rebond des marchés actions.

Si les prévisions du consensus se réalisent (+ 16.2% de croissance des bénéfices pour l’EuroStoxx) et que la dynamique des fusions-acquisitions perdure, les convertibles devraient en profiter.

 

Pour en savoir plus sur Montpensier Finance, cliquez ici.

Propos recueillis par H24 Finance. Tous droits réservés.

Contactez nous