download left menu close down
Retour

"Les portefeuilles types" de Montpensier Finance pour l'Agefi Actifs

Presse

Le

Après un premier semestre positif pour l’indice MSCI World (très bon en dollar, moins en euro), l’exposition actions de nos portefeuilles a été réduite.

En effet, les indicateurs économiques restent bien orientés pour l’ensemble des zones géographiques, mais l’accélération semble moindre et les niveaux de valorisations sont relativement élevés. Les publications des résultats des entreprises sont donc à suivre de près, le renforcement de l’euro pourrait pénaliser certaines entreprises exportatrices. Les valeurs technologiques américaines et chinoises vont-elle poursuivre leur envolée ? Le resserrement des politiques monétaires à venir aux Etats-Unis mais aussi en zone Euro pourrait également créer des tensions sur les marchés obligataires et sur les devises. La mise en œuvre du programme fiscal de Donald Trump est par ailleurs particulièrement attendue. Enfin, la période estivale est parfois propice aux corrections…

 

La méthode d’analyse économique et de marché de Montpensier Finance, MMS (Montpensier Market Scan) s’appuie sur 4 piliers.

 

Pilier 1 : Le momentum économique.

Notre indicateur note les pays de 0 à 1 en fonction d’un certain nombre de statistiques économiques (PIB, PMI, production industrielle, indicateurs de confiance…). A ce stade, les indicateurs de momentum économique sont globalement bons : 0.77 pour le l’indicateur Monde, 0.83 pour la Zone Euro, 0.76 pour les Etats-Unis, 0.76 pour le Japon et 0.86 pour la Chine. Seules la Grande-Bretagne et l’Inde sont sous le pivot, respectivement à 0.40 et 0.44.

 

Pilier 2 : L’analyse des dynamiques monétaires.

Les politiques monétaires restent accommodantes, mais le discours se durcit pour la quasi-totalité du G7. La Fed devrait dès la rentrée ajuster sa politique monétaire, et la BCE sera sous pression allemande. Du côté du Japon, la BoJ vient de réaffirmer son intention de maintenir sa politique monétaire ultra-accommodante tant que l’inflation ne sera pas stabilisée au-dessus de 2%. Un sujet préoccupant est la baisse rapide du dollar contre toutes devises. Vis-à-vis de l’Euro, la monnaie américaine est sortie pour la première fois à la baisse du couloir de Shanghai fixée lors du G20 en 2016 (1.05 – 1.15).

 

Pilier 3 : Les valorisations des marchés actions.

Elles sont globalement fortes, avec toutefois des écarts entre les différentes régions et secteurs. Aux Etats-Unis, le marché boursier demeure le plus cher à 17.8 fois les résultats attendus pour les douze prochains mois. En Zone Euro, les actions sont convenablement valorisées à 14.5 fois.

Au 31 juillet, 60% des entreprises ont publié leurs résultats du premier semestre en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Globalement les résultats sont au-dessus des attentes et affichent une bonne croissance. Aux Etats Unis, 77% des résultats sont au-dessus des attentes, 68% au Japon et 57% en Europe.

 

Pilier 4 : La dynamique des marchés.

Celle-ci reste convenablement bien orientée pour les actions, mais affiche des signes de faiblesse sur les marchés obligataires. Enfin, en dépit du retour des flux à destination des actions européennes observés post-élections françaises, le positionnement n’apparaît pas encore excessif par rapport à l’ampleur des sorties constatées en 2016.

 

En conclusion, le contexte semble plus favorable aux actions qu’aux obligations, mais la légère baisse de certains indicateurs économiques et les niveaux de valorisations élevés, principalement aux Etats-Unis, militent pour plus de prudence à court terme. Dans ce contexte, nous restons raisonnablement surpondérés sur les actions européennes. Le momentum économique y est le plus favorable, les liquidités sont toujours abondantes et les valorisations sont plus attractives en relatif. Nous sous-pondérons les actions américaines dont les valorisations sont les plus chères, et restons positifs à l’égard du Japon. Au sein de la poche obligataire, nous accentuons pour plus de diversification en favorisant les stratégies de portage comme les obligations émergentes, les obligations financières, ou encore les obligations d’entreprises « crossover ». Nous apprécions également les obligations convertibles, dont la convexité permet d'optimiser le rendement de la poche obligataire.

 

Contactez nous